UN PREMIER AMOUR

Corps qui se rapprochant ont fait
Du toucher de la peau une caresse,
De l’effleurement des lèvres un baiser,
De la force d’un souffle une passion.

Force inespérée
Qui jusqu’aux étoines soulève
Des sens aveuglés
Et une raisonq désordonnée.

Des sourires sont restés dans l’air,
Des parfums dans les ombres,
Des douceurs dans les souvenirs,
Et des mots qui toujours parleront.

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close