MARCHEUR

( Les souvenirs de ceux qui sont partis,
ne partiront jamais)

Sans raisons ni droits il est né
Et la vie qui l’a touché
Un élan de volonté lui a donné.

Marcheur aux poings fermés
Regard aigu, cœur d’amour et de feu,
Et corps dénoué de mystères

Un rapace annonce la prémonition
Telle une lancinante fatalité,
La lune, pour lui, refusera d’éclairer.

Marcheur, marcheur à la dérive
Ses pieds ne toucheront peut-être la douleur
Mais les chemins,
Toucheront toujours les pieds du marcheur.

Sans raisons ni droits il es né
et la vie qui l’a touché
Un élan de volonté lui a donné.

Marcheur, marcheur, toujours marchant,
Il touchera la lune sans hâte de mourir
Et les ombres,
Suivront ses pas jusqu’à s’effacer.

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close