TEMPS

De la montagne tu es descendu
A pas fatigués et lents
Et en arrivant tu as rencontré
L’inconnu, l’indifférent.

La démarche lourde, le visage endurci
Racontaient des batailles et des souffrances,
Des nostalgies, des amertumes, des peines.
Vieux Temps.

Avec tes doigts repliés, ta vu usée,
Ton corps maltraité de tant de jours
Tu t’es engagé dans des luttes de liberté
Contre l’injustice et l’atrocité.

Comme un grand oiseau je t’ai aperçu
En poussant des cris dans son envole,
En déversant des torrents d’illusions,
Des idéaux incompris, des rêves busqués.

Mais silencieux tu es arrivé à ma porte
Tes doutes plus fortes que ta force,
Tes jours plus longs que les distances,
Avec la mort endormie, camarade,
Vieux Temps.

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.



Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close