FAIM

Sur le banc de mon square
Des âmes insensibles restent là.

Il n’y a d’autre vérité que l’air…
Il n’y a d’autre vérité que la terre…
Que les mains en quête de pain,
Les lèvre desséchés, la torpeur retenue,
Les murmures retenant le temps.

Sur le banc de mon square
s’installent des fébriles cupidités.

Il n’y a d’autre vérité que l’air…
Il n’y a d’autre vérité que la terre…
Que la faim du petit matin,
Les yeux sans éclat à l’impuissant vide,
La requête sans remède,
Si simple… si ordinaire…

Sur le banc de mon square
Un souffle sourd et souterrain
Largue dans l’aire… rejette sur la terre…
L’immense vague qui devient colère.



Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close